Ambiance image Homard par l’atelier de Cadet Roussel

Image Homard m'a tué

La scène du crime, la cuisine. Le chevalier vêtu de son armure de guerre n’a pas résister. 

Image homard gravée sur plaque de linoléum imprimée en deux couleurs sur papier Clairefontaine 300 g. 

Série : bébêtes et jeux de mots hazardeux !
Je le mets où ? Dans ta cuisine
Technique : linogravure
Nombre de couleur : 2 (bleu et rouge pour les daltoniens !).
Format : 56 x 120 cm (à oui quand même, on se marre moins là)…

Bientôt, un petit montage des vidéos tournées pendant l’impression de cette image Homard m’a tué

Homard bleu des Vosges première catégorie. Fraîcheur garantie.

Homarus Vosegus

Image Homard m’a tué, l'idée de base

L’envie était surtout de tester les limites du format d’impression offert par la presse de chartreuse : 60 x 120 cm. Le homard, parce que c’est beau un homard bleu d’Erquy, souvenir de vacances entre copains dans un lointain passé.

Mais avant l’impression, le défi a été la gravure de la bête. Les gouges et autres ciseaux à bois ont été mis à rude épreuve. Le dessin a été fait à la main sur un format de 30 x 40 cm à l’aide de feutres Micron.

Les matériaux

Grand format implique tout en plus grand, tout en plus long, tout en plus cher. Mais aussi tout en plus cool !

Papier d’impression

Avec des dimensions papier de 56 x 120 cm, tu ne vas pas au magasin du coin chercher une ramette ! C’est là que le papier en rouleau s’impose. Après pas mal de recherches et d’indécision, je me suis lancé sur un rouleau de papier aquarelle de 130 cm de laize sur 9 mètres de long de chez CLAIREFONTAINE, une papeterie vosgienne installée à Etival (88) ! 

À première vue, c’est cool mais c’est sportif ! La découpe au bon format de ce papier est pas si simple tout seul. Sa résolution à revenir à la forme de rouleau est très convaincante !

Donc découpe puis pressage pendant un très, très long moment ! Avant de pouvoir envisager l’idée d’un passage dans la presse d’impression.

Gravure en mode pause du cerveau !

Pour la gravure, l’idée était de monter les tons en variant la densité de points faits au feutre. Du blanc au noir. Ça a fait pas mal de petits tap tap sur le papier qui ont bien failli rendre folle madame !

La gravure a été sympathique si on est un peu patient et un brin débile à passer des heures et des heures à creuser la plaque de linoléum. La taille d’épargne ne m’a pas épargnée ! Oui j’ai osé.

Impression presse taille douce

Pour le coup, cela s’est plutôt bien passé, le papier a bien réagi. Il fallait une pression assez forte pour écraser le grain du papier et donner une impression propre.

Le rouleau encreur de 30 cm de long était le bienvenu pour gérer la surface. J’ai utilisé les encres Speedball qui donnent quasi la même sensation que des encres typographiques. Que du plaisir à entendre le bruit du rouleau qui frotte sur la pierre lithographique qui me sert à encrer.

Les premiers tirages ont été envoyés et j’attends les photos des gravures encadrées et installées. Que du bonheur. On va pouvoir passer à la lucane.

À SUIVRE DONC…