Découvrez les portraits de ces personnes croisées au cours de promenades photos

Portrait(s)

Déambulations street photographique au contact de la faune terrestre des villes.

À la rencontre de piliers de bar, d’un primeur, d’un coiffeur, d’un passant, et autres citoyens de ce monde !

#NEW-YORK
#BIARRITZ
#LYON
#EPINAL
#REMIREMONT

Photos de rue au détour d'un bar !

Humanité, portraits de mon prochain !

L’autre le disait déjà, il faut toujours avoir un appareil photo à son côté. Une règle précieuse pour les photographes de rues qui ne veulent pas manquer l’occasion tant espérée, celle que l’on attend.

Photos de rue au détour d'un bar !

Cadet Roussel 10

Une chose sympa quand on a un appareil photo au côté c’est que souvent, ça engage la conversation. T’es photographe ? Il est bizarre ton appareil, c’est un appareil photo ancien ?…

Bref c’est la magie des bars, de la rue et peut-être de quelques bières de créer du lien entre les personnes et d’engager la conversation. J’aime les gens qui ont une Gueule, un style particulier.

L’idée est que les personnes, plus souvent qu’on le pense, aiment à poser voire à théâtraliser leur position, leur dégaine. C’est là que j’interviens et que je dégaine mon Leica Q.

EXPO en cours !

Restaurant la Résidence au Val d’Ajol
Exposition de 15 portraits imprimés sur aluminium en grand format.

Dès que c’est possible, il faut y aller manger !

“ Ben pourquoi t’vas au troc avec un appareil photo ?. T’es photographe ? ”

_ le deuxième gars du bar qui boit des pintes

Prêt à shooter

Toujours avoir un appareil photo au côté.

Cadet Roussel 9

Je promène un Leica Q, de la célèbre firme allemande. Avec un objectif ultra lumineux de 28 mm, je peux faire face à des luminosités plus que moyennes.

Leica Q Appareil photo à l’atelier de Cadet roussel

L’angle de 28 mm, qui est à priori une mauvaise idée pour qui voudrait faire du portrait, m’impose d’inclure l’environnement autour du sujet.

Cela participe à raconter une histoire autour du sujet, des éléments qui sont autant d’indicateurs de la petite histoire, du moment photographique que cela raconte.

Le fait de travailler en noir et blanc est guidé par le fait d’unir tous ces clichés en créant une série mais aussi de faire face aux aléas de la montée des ISO, la sensibilité de l’appareil photo.

Une édition papier en vue qui va suivre ces déambulations photographique du soir

Une exposition est déjà en cours à la Résidence au Val d’Ajol (88). Mon souhait est de faire une édition papier sous la forme d’un long dépliant accordéon comme les détours de la vie nocturne qui m’ont amenés à rencontrer ces personnes sujets de ces photos.

Le projet est posé, des nouvelles dès que possible.

Atelier de Cadet Roussel portrait noir et blanc d’un surfer avec une bière